Le groupe industriel expert de la valorisation des matières premières naturelles, avec des équipements et des conditionnements sur mesure, depuis 1833

Actualités

• Tournaire > Actualités > DE 1833 A NOS JOURS, UNE ENTREPRISE TRAVERSE L’HISTOIRE

Actualités Emballage Groupe 24 novembre 2021

DE 1833 A NOS JOURS, UNE ENTREPRISE TRAVERSE L’HISTOIRE

Tandis que l’active cité marchande de Grasse ajoute à ses huiles d’olive, ses cuirs et ses  gants une nouvelle production, celle des « Huiles à parfums » et «  Extraits de fleurs », une nouvelle corporation naît : celle des distillateurs et entraîne le développement de celle des chaudronniers qui doivent étendre leur savoir-faire à la réalisation des alambics. C’est dans ce contexte, en 1833, que Joseph Tournaire, fils et petit-fils de meunier, s’établit dans un atelier de 40m² à la place de la Roque. À la fin du XIXème siècle, l’industrie du parfum ne nécessitait pas moins de six ateliers de chaudronnerie à Grasse.

01. 1833 – LE DÉBUT D’UNE AVENTURE

02. 1920 – UN VIRAGE FONDAMENTAL

03. 1950 – L’OUVERTURE AU GRAND EXPORT

04. 2010 – LA ROBOTIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ

05. PHOTOS DE FAMILLE

1833 – le début d’une aventure

Scan de la revue scientifique "La Parfumerie Moderne", numéro d'avril 1930

La Parfumerie Moderne – Avril 1930

Article journalistique sur les nouveaux emballages aluminium vitrifiés - La Parfumerie Moderne janvier 1930 p.277 et 279

La Parfumerie Moderne janvier 1930 p.277 et 279

La croissance de cette activité et sa saisonnalité font apparaître de nouveaux besoins : pouvoir stocker durablement, sans altération des matières sensibles et les transporter plus loin sans dommages. Les parfumeurs se sont naturellement tournés vers les experts des matières et de leurs contraintes : les fabricants d’alambics.

Ainsi, à la demande de ses clients et fort du succès de ses alambics, médaillés notamment à l’exposition de Nice en 1884, la société Antoine Tournaire Fils diversifie, très tôt, son activité en y ajoutant la conception et la fabrication d’estagnons en cuivre étamé, le matériau utilisé pour les alambics de l’époque.

En 1900, tandis qu’à Grasse, comme ailleurs en Occident, apparaissent les premières « Usines à vapeur », Gustave Tournaire, ingénieur des Arts & Métiers, transfère, à Font-Laugière l’atelier de son aïeul où, sur 600 m², il développera la fabrication d’alambics et d’estagnons en cuivre étamé pour l’industrie grassoise, les liquoristes de France et les parfumeurs d’Europe.

Publicité Tournaire paru dans « La Parfumerie Moderne » de 1925 à 1932

1920 – un virage fondamental

Entre 1925 et 1930, sous l’impulsion de Marcel Tournaire et avec les progrès de la technologie autour de l’aluminium, Tournaire S.A. opère une révolution en proposant une gamme d’emballages en aluminium monobloc ultramoderne. Le type 1 était né. Très rapidement, la vitrification au vernis cuit est venue compléter la gamme.

1950 – l’ouverture au grand export

Dans les années 1950, Jean Tournaire déploie la société sur des nouveaux marchés. Les emballages Tournaire commencent à être utilisés par les industries pharmaceutiques pour le conditionnement de principes actifs stériles, mais aussi pour les marchés de la chimie.

Le développement des marchés de la pharmacie et de la chimie s’intensifie et en 1960, Marcel Tournaire investit sur un terrain au Plan-de-Grasse sur laquelle sera construite l’usine à son emplacement actuel. C’est en 1965 que René Tournaire industrialise la production des emballages aluminium avec l’introduction des premières presses à filer et des premières machines de rétreint.

Sous la présidence de Gilbert Tournaire et la direction de Jean-Pierre Forestier, l’emballage devient l’activité principale de la société Tournaire S.A. dans les années 70. Les ventes se développent rapidement à l’export : Jean Tournaire, directeur commercial, étend la présence de l’entreprise sur les marchés d’Asie et du Moyen-Orient, Hugues Thibaud analyse et ouvre le marché nord-américain en associant Tournaire S.A. avec la société O’Berk dans le New Jersey et Xavier Arnoult devient le premier directeur export en développant le marché européen

En 1978, Tournaire S.A. introduit sur le marché son premier système de fermeture à vis inviolable conçu par Jean Tournaire : Le Système Plus® En 1980, pour mieux maîtriser la performance des fermetures de ses bouteilles aluminium, Tournaire S.A. crée son atelier d’injection plastique.

Dans les années 90, à l’écoute de ses clients, Tournaire S.A. élargit son savoir-faire à la coextrusion soufflage. La production de bidons en plastique multicouches barrière démarre alors et vient compléter la gamme d’emballage aluminium historique. En 1993, Tournaire S.A. améliore encore son procédé de nettoyage en mettant en place une unité de décapage et d’oxydation automatisée pour les contenants aluminium à destination des principes actifs pharmaceutiques. Cela permet aussi d’accroître sa capacité de production tout en assurant un niveau supérieur de qualité. En 1995, grâce à plusieurs acquisitions, l’emprise foncière du site de Grasse est augmentée de 50% et de nouveaux bâtiments sont construits pour permettre la poursuite du développement de l’activité emballage.

En 1999, sous la direction de Luc Tournaire, la filiale commerciale TMM est créée en partenariat avec la société familiale jurassienne Millet Marius afin de mieux servir les clients de l’agrochimie. La même année, la filiale américaine Elemental Container est créée grâce au rachat de la filiale O’Berk International dans le New Jersey.

Fort de sa certification ISO 9002 en 1996, Tournaire S.A. obtient, en 2002 la certification ISO 9001, puis en 2003, la certification ISO 14001.

En 2005, afin de se rapprocher de ses clients et de leur offrir le meilleur service possible Tournaire S.A. crée, sur une partie de l’ancien site Kodak, la filiale industrielle Tournaire Plastic S.A.S à Chalon-sur-Saône. Grâce à cet emplacement central, Tournaire S.A. est capable de livrer rapidement à ses clients, ses emballages « barrière » en plastiques coextrudés. Cette filiale de fabrication obtiendra la certification ISO 9001 en 2008.

La pérennité ainsi que la responsabilité sociale et environnementale sont des valeurs majeures sur lesquelles la S.A. Tournaire fonde son développement. En 2011, Luc Tournaire fait créer l’école interne, avec pour objectifs de documenter et transmettre les savoir-faire spécifiques de l’entreprise. Cette école a pour autres mérites de favoriser le développement professionnel des salariés, leur permettre l’accès à des niveaux plus élevés de qualification professionnelle reconnus par l’état, tout en maintenant l’emploi.

2010 – La robotique au service de la qualité

En 2013, les premiers robots font leur entrée et les lignes de fabrication se modernisent, facilitant et fiabilisant les tâches routinières.

Fort de 185 ans d’expérience et de présence au service de ses clients et afin de compléter sa présence internationale à proximité de ses partenaires, Tournaire S.A. créé en 2018, sa filiale commerciale Tournaire Asie Pacifique à Bien Hoa City, au Vietnam.

De la naissance d’un petit atelier de chaudronnier à Grasse en 1833 au groupe international d’aujourd’hui, Tournaire S.A. a su se développer et se réinventer durablement à travers les guerres et les crises économiques et sanitaires. Tournaire S.A. reste aussi une société familiale riche d’une expérience unique qui s’adapte en permanence à ses clients et à son environnement pour demeurer le partenaire privilégié et innovant des industries des matières sensibles.

Photos de famille

Joseph Tournaire

Antoine Tournaire

Gustave Tournaire

marcel tournaire ta

Marcel Tournaire

Gilbert Tournaire

Gilbert Tournaire

Jean-Pierre Forestier

Jean-Pierre Forestier

Jean Tournaire

Jean Tournaire

Luc Tournaire

Luc Tournaire