Le groupe industriel expert de la valorisation des matières premières naturelles, avec des équipements et des conditionnements sur mesure, depuis 1833

Actualités

• Tournaire > Actualités > Jean-François Boutin est nommé directeur du développement de Tournaire SA

Actualités 10 juin 2016

Jean-François Boutin est nommé directeur du développement de Tournaire SA

Tournaire SA a récemment décidé de créer un nouveau poste stratégique en son sein, celui de Directeur du Développement. L’entreprise d’origine grassoise mais connue et reconnue mondialement illustre ainsi clairement sa volonté de renforcer sa présence sur les marchés existants comme sur de nouveaux marchés, auprès de ses clients actuels ou futurs et développer davantage encore de proximité et de services à forte valeur ajoutée par une politique commerciale plus affirmée.

 

Vous avez récemment rejoint Tournaire SA en qualité de Directeur du Développement. Quelles sont les spécificités de Tournaire qui vous ont amené à choisir ce poste ?

 

Tout d’abord, j’ai été sensible au charisme de son Président, Mr Luc Tournaire, et à la vision qu’il porte et partage avec ses équipes. Si, aujourd’hui, la sixième génération Tournaire est aux commandes, c’est à Luc Tournaire que revient la charge de piloter les destinées, avec l’enthousiasme et la capacité de remise en question de l’homme qui voit loin.

Ensuite, j’ai été frappé par la somme et la diversité des savoir-faire dont dispose une entreprise familiale comme celle-ci.

Mes fonctions précédentes, dans d’autres entreprises, m’ont démontré à quel point les savoir-faire sont essentiels lorsqu’on intervient sur des marchés aussi pointus que ceux de Tournaire SA. Ici, les savoir-faire se transmettent de génération en génération, y compris pour des métiers et des techniques qui ne sont plus guère enseignés aujourd’hui (comme c’est le cas pour les postes de ‘rectifieur’, par exemple).

Enfin, j’ai été séduit par le potentiel de croissance d’une telle entreprise, qui est entrée récemment dans le cercle des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) et qui jouit, depuis de nombreuses années, d’une réputation internationale de premier plan : même si, aujourd’hui, la diversification sur une pluralité de secteurs industriels est une réalité incontestable, même si l’élargissement de notre couverture géographique à de nouveaux marchés est unanimement reconnue et appréciée, il est encore envisageable de franchir de nouvelles frontières : en allant conquérir de nouveaux marchés, en prenant des participations auprès d’acteurs dans des métiers adjacents aussi bien qu’en étant force de propositions avec une plus grande valeur ajoutée pour nos clients actuels.

 

Comment définiriez vous l’entreprise Tournaire, et selon vous, quels sont ses atouts ?

 

Née en 1833, Tournaire SA dispose d’un Patrimoine Économique et Industriel qui pourrait lui conférer les caractéristiques d’une Entreprise du Patrimoine Vivant. Dans le même temps, Tournaire SA adopte une démarche duale, au travers de ses deux Divisions (Division Équipement et Division Emballage) au service de la transformation et de la conservation des matières premières ou des semi-finis industriels sensibles, dangereux, souvent à très forte valeur économique, Divisions qui, selon les problématiques des clients, peuvent intervenir ensemble ou séparément.

Tournaire SA a également cette capacité à manifester un « opportunisme intelligent ». Je m’explique : entreprise familiale et régionale, Tournaire SA dispose d’un ADN bien marqué, et « a tout d’une grande » pour paraphraser une publicité bien connue: toutes proportions gardées, Tournaire recèle les mêmes ingrédients qui ont fait ces grandes réussites industrielles nationales et internationales à fort ancrage régional et/ou familial que sont Yves Rocher, Airbus ou Michelin, entreprises favorites des français.

Je pense que le dernier atout de l’entreprise Tournaire, et non des moindres, c’est la motivation des 250 équipiers à bord, qui révèlent, là aussi, une autre valeur spécifique : la fidélité ; une fidélité qui se lit à travers l’histoire et les parcours de ses ‘mentors’ : il n’est pas rare de rencontrer des « Quadragénaires en expérience Tournairienne » en plein échange avec … des apprentis issus de l’École Interne Tournaire[1].

 

Ce poste de Directeur du Développement a été créé avec votre arrivée. En quoi consiste votre mission ?

 

En réponse à cette question, deux termes me viennent à l’esprit : ‘bascule’ et ’alchimie’.

> La bascule consiste à passer d’une zone de confort – ce pour quoi nous sommes reconnus, à savoir l’excellence d’une manufacture régionale présente mondialement – à une empreinte industrielle et commerciale mondiale nouvelle, une « terra incognita » sans doute, mais où nos atouts compétitifs sont légitimes et où nous avons donc toutes nos chances.

Aujourd’hui, la culture principale de Tournaire est une ‘culture de manufacture’ ; je suis persuadé qu’on peut aussi assurer une  présence technique et commerciale plus forte avec des ressources additionnelles sur les différents marchés et zones géographiques, en nous appuyant, naturellement, sur notre réseau existant.

Nous devons disposer de nos propres équipes sur le terrain pour pouvoir capter des sources de ‘business’ plus larges. Et cette culture de la présence commerciale doit, en parallèle et concomitamment, se développer sur les réseaux sociaux dont dispose l’entreprise (Facebook, Twitter, LinkedIn etc)

Selon moi, cette ‘bascule’ doit aussi s’opérer dans la visibilité : du secret des parfumeurs dont elle tire une partie de son ADN, Tournaire doit oser se mettre plus en avant, plus en lumière.

Je prendrai un exemple récent : visitant notre entreprise fin mars 2016, Mr Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, a déclaré : « vous êtes un bel exemple ». Ces quelques mots, relayés sur les réseaux sociaux ont provoqué un ‘buzz’ immédiat au sein de communautés de plusieurs milliers de membres ; dans le même temps, les demandes de devis et de prises de contact ont été démultipliées. Il reste à transformer l’essai dans la durée, à cultiver ce lien de proximité entre cette ‘grande secrète’ et ses clients et ses prospects.

> L’alchimie, ensuite : si la culture de l’entreprise doit évoluer – on vient de l’évoquer – il ne s’agit pas pour autant de dénaturer, ou tenter de « sur-adapter » l’entreprise à une cible qui serait hors de portée ou hors cadre.

Nous devons tous partager des objectifs réalistes et atteignables. En complément du Développement Produit ou du Développement Marché, c’est le Développement de l’Éco-Système tout entier qui importe : reconnaître et poursuivre les initiatives de développement ‘possibles’. Parmi les ‘possibles’, choisir les ‘probables’ ; et parmi les ‘probables’, acter et accompagner le développement jusqu’à la pose de la première pierre des « start-ups Tournaire ».

Voilà comment je pourrai résumer ma mission. Elle a déjà commencé depuis quelques semaines et elle me passionne !

 

[1]Créé en 2009, ce dispositif repose sur le volontariat et a pour objectif de transmettre le savoir-faire, de favoriser le développement des salariés, de permettre l’accès aux différents niveaux de qualification professionnelle et de maintenir l’emploi. Au delà, l’École interne Tournaire a pour ambition d’adapter l’emploi aux nouveaux enjeux économiques et industriels.

 

Bio Express JF Boutin est, entre autres, diplômé de la Montpellier Business School (1986). Il a occupé des fonctions de direction générale, direction du développement ou de conseil en fusions-acquisitions dans des entreprises aussi diverses que SANOFI, YSL Parfums (USA), LaPrairie (groupe Beiersdorf), souvent dans des entreprises déjà clientes de Tournaire SA.